Présentation

Publié le par PSY

ojo-del-toro-Fr.jpg
  D'après Antonio Mingote
 
La motion présentée sur ce site s'inscrit dans une double logique de protection de l'animal et de protection de la jeunesse. Elle vise à attirer l'attention sur les répercussions possibles du spectacle de la corrida sur les esprits, notamment en termes de choc affectif ou d'accoutumance à la violence.
 
 
Exposé de la situation
 
La corrida est un spectacle au cours duquel six taureaux sont lâchés successivement dans une arène. Chaque taureau y reste une vingtaine de minutes, durant lesquelles il est blessé de façon codifiée à l'aide de divers instruments de métal, jusqu'à sa mort.
Dans les plus rares corridas portugaises, durant lesquelles le taureau est blessé par un cavalier, le taureau est abattu après le spectacle.
En France, la corrida est un délit en tant que "sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux", mais les auteurs de ce délit bénéficient d'une immunité légale dans certaines zones de onze départements du sud au titre d'une "tradition locale" (alinéa 7 de l'article 521-1 du Code pénal). Précisons qu'une nouvelle proposition de loi visant à supprimer cette dérogation peu constitutionnelle a été déposée en juillet 2010, et déjà co-signée par plusieurs dizaines de députés.
Rappelons enfin que les enquêtes d'opinion montrent que les trois-quarts des Français sont opposés à ce spectacle, et que les deux-tiers souhaitent son interdiction pure et simple.
 
Les mineurs, quel que soit leur âge, peuvent assister à ces spectacles. Leur entrée est même favorisée par des réductions de prix, voire la gratuité des places.
 
Les taurins font du prosélytisme intensif envers les mineurs.
Les arènes subissent une baisse de fréquentation (ainsi en 2009, 15 à 20% de spectateurs en moins en France, et 30% en Espagne).
L'un des axes stratégiques majeur du "mundillo", le monde de la corrida, est de favoriser la relève par des actions auprès des enfants. Ceci peut prendre la forme de festivités visant les enfants (comme la Féria des Enfants à Nîmes, la Féria de los Ninos à Arles ou la Féria di Pichoun à Saint-Martin-de-Crau). Ceci peut aussi prendre la forme plus insidieuse d'actions prétendument culturelles dans les établissements scolaires : interventions de matadors ou d'associations tauromachiques, concours de dessins ou d'affiches sur le thème de la corrida, sorties "pédagogiques" à des expositions, des salons, des rencontres taurines, voire à des prestations tauromachiques.
 
Enfin, il existe en France quatre écoles de tauromachie comportant des formations aux corridas pour les mineurs : Nîmes (Gard) depuis 1984, Arles (Bouches-du-Rhône) depuis 1988, Béziers (Hérault) depuis 2003, et Cauna (Landes) depuis 2006. Les enfants y sont admis à partir de 10 ans voire moins, le mercredi et/ou le samedi après midi. Il en viennent à s'exercer sur des veaux dans le cadre de "becerradas" (mettant en jeu des veaux de moins de 2 ans, avec banderilles et avec ou sans mise à mort) ou de "novilladas" (mettant en jeu des taurillons de 3 à 4 ans, avec ou sans piques, avec banderilles et avec mise à mort).
 
Analyse du problème
 
Un intérêt particulier a été porté ces dernières années à la question des violences observées par l'enfant et l'adolescent.
 
La question des violences fictives (films, télévision, jeux vidéos) avait fait l'objet de deux rapports ministériels remis fin 2002 : le rapport de Claire Brisset, Défenseure des enfants, au Ministre de la Justice, et le rapport de Blandine Kriegel, philosophe, au Ministre de la Culture et de la Communication.
Les spectacles de violence qu'ils analysent concernaient implicitement ou explicitement une violence exercée sur d'autres humains, mais il y a lieu de penser que certaines conclusions de ces rapports peuvent être étendues à la violence du spectacle de la corrida.
 
La littérature médicale sur l'impact des spectacles de violences chez l'enfant et l'adolescent insiste généralement sur deux types d'effets :
- L'effet traumatique.
Cet effet est documenté par des témoignages de personnes ayant été profondément choquées par le spectacle de la corrida alors qu'elles étaient mineures. Une vingtaine de témoignages écrits nominatifs avaient ainsi été présentés lors des Rencontres Animal et Société organisées par le gouvernement en 2008.
- L'incitation et/ou l'accoutumance à la violence.
Ces vingt dernières années, une masse croissante de travaux, essentiellement anglophones, est venue documenter le lien entre la violence envers les animaux et la violence envers les humains.
 
Certaines études font état plus particulièrement des conséquences chez les enfants ayant assisté à des maltraitances animales, soit en termes subjectifs (bouleversement affectif), soit en termes comportementaux (reproduction de mauvais traitements envers des animaux, mais également envers des humains). Le facteur "culturel" ne saurait à lui seul immuniser les enfants spectateurs, surtout lorsqu'il s'agit d'un fait culturel aussi largement contesté que la corrida.
 
D'un point de vue juridique, l'accès des mineurs aux arènes est une anomalie. En effet, le code pénal faisant état de "sévices graves ou actes de cruauté", quand bien-même il existe une dérogation territoriale, l'accès des arènes devrait être interdit aux mineurs. En France les mineurs sont protégés des spectacles violents : signalétique obligatoire définie par le CSA (art. 15 de la loi du 30 septembre 1986 ayant donné lieu à la signalétique TV du CSA : 10, 12, 16 ou 18 ans), règlementation de l'accès aux salles de cinéma (décret du 23 février 1990 précisant les modalités des classifications cinématographiques : 12, 16 ou 18 ans, décret du 15 mai 1992 précisant les modalités d'accès des mineurs aux salles de cinéma), art. 227-24 du Code pénal punissant tout "message à  caractère violent" lorsqu'il est "susceptible d'être vu ou perçu par un mineur."
 
Signalons qu'une proposition de loi visant à interdire l'accès aux courses de taureaux aux mineurs de quinze ans a été déposée en septembre 2007 par trois députés, rejoints par d'autres. Et qu'une vingtaine de parlementaires de diverses couleurs ont sous l'actuelle législature posé des questions écrites au Ministère de l'Intérieur ou de la Justice, pour soulever le problème de l'accès aux arènes des moins de 15 ou 16 ans. 
 
Bien entendu, le spectacle de la corrida n'est pas un facteur de traumatisme pour tous les enfants.
Bien entendu, la corrida n'est pas de nos jours un facteur de violence majeur, par rapport aux problèmes de sécurité socio-économique, de cohérence éducative, de structure familiale, ou d'environnement urbanistique. 
Mais il s'agit au moins, en principe, d'un facteur que la société peut contrôler.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sandra 08/10/2013 22:07

Je viens de parcourir votre blog et vous remercie pour la richesse des informations, lorsque la corrida a été jugée conforme par le conseil constitutionnel, j'avoue avoir perdu tout espoir... Mais
la solution est la !! Interdire l'accès aux mineurs provoquera à moyen long terme la fin de ce spectacle macabre...un enfant ne peut pas naturellement aimer la corrida...c'est culturel...un enfant
suit les passions des siens... Bravo pour votre site qui met du baume au cœur

benco 27/09/2012 16:44

Vous me faites tous bien rire les psy !
A la campagne les enfants voyaient la mamie tuer le lapin à qui ils avaient donner des végétaux par le grillage du clapier, puis le manger avec appétit, ça ne les a pas traumatisé outre mesure.
De nos jours on ne fait plus le lien entre ce qu'il y a dans notre assiette et les animaux, ce qui donne lieu à tout ces délires d'antis élevés à Disneyland.

caro 70000 06/05/2011 22:58


L'actualité déroutante, avec l'inscription de la corrida au patrimoine immatériel de la France, me plonge dans la perplexité.Nous sommes au 21 ème siècle, la civilisation devrait nous pousser vers
une compréhension du vivant, du sensible, et du souffrant, et en fait, il faut toujours qu'une minorité mal intentionnée se face remarquer, et pire encore, trouve des défenseurs. Comment peut on se
déplacer, et payer pour voir un taureau se faire torturer à mort par des pantins en costume de clown ? Les protagonistes se disent courageux !!!!ils feront preuve de courage lorsque le taureau aura
face à lui un torero armé de cornes, afin que le combat soit loyal. Pour ceux qui veulent montrer leur courage, il y a bien d'autres façons plus citoyennes et plus respectueuses de la vie d'en
faire preuve.
Si l'argument est le respect de la tradition, alors je suggère aux femmes qui vont voir une corrida, de laver le linge à la main, au lavoir, de s'éclairer à la bougie. Et aux hommes de se déplacer
à pied, ou à cheval, de cultiver leurs champs derrière le soc d'une charrue tirée par des boeufs etc.... Quand on accepte le progrès matériel, les allocations diverses, il faut aussi apprendre à
changer sa mentalité, à la rendre plus humaine.


pascale 29/10/2010 15:09


dommage que nous ne puissions pas signer...
pascale Demois, infirmière de secteur psy
adhérente GEE


Poignet 28/10/2010 17:54


La corrida se classe parmi les spectacles traumatisants, truisme nié par les aficionados, cette boucherie de plus en plus rejetée par un monde international que révulse la souffrance animale.
Une solidarité de lutte contre cette abjection se développe dans tous les milieux sociaux-professionnels, et les pédiatres, les psychologues, les éducateurs, ne peuvent manquer de désigner l'enfant
comme cible à protéger en toute priorité, d'un lobby guidé par la violence et le profit qu' elle lui procure.
C'est un devoir de vous aider dans cette tâche de bon sens et appuyer toutes vos démarches pour la réussite d'une opération qualifiée d'utilité publique.