La tauromachie au programme scolaire du Gard ?

Publié le par PSY

Le représentant du ministère de l'Éducation nationale dans le département du Gard trinque ès qualités avec les zélateurs de la corrida.

L'association dénommée Coordination des clubs taurins de Nîmes et du Gard réunit 28 clubs d'entichés de la corrida du département du Gard, l'un des dix ou douze départements français où se pratique celle-ci.
Cette association se réunit confortablement tous les samedi à l’Hôtel Imperator de Nîmes, dans le cadre de ce qu'elle dénomme le « Café-Toro ».
 
Ce samedi 4 juin, Christian Patoz, Directeur académique des services de l'éducation nationale du Gard (DASEN), a cru bon de participer à cette réunion.
La tauromachie au programme scolaire du Gard ?

La radio locale publique France Bleu Gard Lozère rend compte de cette réunion. On y entend le DASEN du Gard nous resservir consciencieusement le boniment historico-anthropologique à la mode chez les addicts français à la corrida :

« la tauromachie est un très très vaste sujet »
« on a affaire à un rite sacrificiel »
« il peut être étudié […] au regard […] de l'évolution de l'histoire de l'humanité, […] au regard des rapports de l'homme à l'animal qui nous ramènent à des dizaines de milliers d'années »
« parmi les animaux, dans leur rapport à l'être humain, le taureau a une place très particulière »
 
Certes, les bovins ont une place particulière dans l'évolution de l'histoire de l'humanité, personne n'en disconviendra. Mais ceci ne justifie en aucune manière la  persistance des spectacles payants de charcutage codifié de bovins vivants, légalisés dans une douzaine de départements français depuis le mitan du XXème siècle.
 
Selon France Bleu, Christian Patoz estime qu'« on peut en parler à partir du moment où on n'est pas centré sur le sacrifice animal ».
Le seul emploi du terme « sacrifice » n'est pas acceptable. Ce terme d'un autre âge désigne une offrande à une divinité, pas un spectacle payant qui prétend s'inscrire dans un circuit économique, et qui de plus fait l'objet d'intenses polémiques dans tous les pays où il est pratiqué.
 
Bien entendu, la Fédération des Sociétés Taurines de France, association qui regroupe 70 clubs taurins, s'est gargarisée de cette participation du DASEN du Gard !
 
Christian Patoz sort de son rôle en participant à une réunion organisée par les sectateurs de la corrida.
Christian Patoz sort de son rôle en accordant par ses propos une légitimité à la corrida.
 
Et Christian Patoz va à l'encontre de son rôle en méconnaissant les recommandations du Comité des Droits de l'Enfant de l'ONU à la France fin janvier 2013 :  « accroître les efforts pour changer les traditions et les pratiques violentes qui vont à l'encontre du bien-être des enfants, ceci incluant l'interdiction de l'accès des enfants aux corridas et aux manifestations associées. ». Ses précautions oratoires ne trompent personne, chacun sait qu'un des objectifs lancinants des militants tauromachiques est de faire venir les jeunes générations, afin d'assurer la relève. Christian Patoz ne peut ignorer que la Coordination des clubs taurins de Nîmes et du Gard, qui l'invitait, organise chaque année depuis dix ans le Printemps des Jeunes Aficionados, visant à « transmettre aux plus jeunes un patrimoine riche de tradition, d’art et de culture profondément enraciné dans notre région ». En clair, visant à transmettre le goût du sang, de la souffrance et de la mort.
 
Claire Starozinski, présidente de l'Alliance Anticorrida et bien placée en tant que Nîmoise, l'affirme avec justesse au micro de France Bleu : « c'est un conditionnement totalement unilatéral, on assiste actuellement à Nîmes à une offensive en direction des jeunes qui n'est même pas voilée [...] la municipalité le dit : il faut du renouveau dans les gradins. »
 
Qu'est ce au juste qu'un DASEN ?
 
En France, le ministère de l'Éducation nationale est représenté à l'échelon régional et départemental par ses services déconcentrés.
A l'échelon régional, il est représenté par les recteurs d'académie, ceux-ci étant eux-mêmes représentés à l'échelon départemental par les directeurs académiques des services de l'éducation nationale (DASEN).
Le DASEN est chargé de mettre en œuvre la stratégie académique organisant la politique éducative et pédagogique relative aux enseignements primaires et secondaires arrêtée par le ministre chargé de l'éducation. Il est nommé par décret du Président de la République sur proposition du ministre de l'éducation nationale.
Christian Patoz
Christian Patoz

On peut donc interroger sur cette curieuse démarche et ces curieux propos M Christian Patoz lui-même, à la Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Gard : ce.ia30@ac-montpellier.fr.

Mais aussi :
- Mme Armande Le Pellec Muller, recteur de l'académie de Montpellier (ainsi que recteur de la nouvelle région académique Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées) : http://www.ac-montpellier.fr/cid89346/contacts.html
- Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre en charge de l'éducation : http://www.education.gouv.fr/pid33441/nous-contacter.html#ministre

Commenter cet article

Anne Caron 06/06/2016 20:43

Ce monsieur n'honore pas sa fonction... Triste spectacle que de voir ces "personnalités" s'afficher avec le monde taurin aux méthodes plus que douteuses... La France n'a-t-elle pas autre chose à proposer à la jeunesse que cette pratique ringarde dont même la Catalogne espagnole s'est débarrassée depuis plusieurs années ! Grand retard en France !!!

sophie des noisettes 06/06/2016 19:22

Christian Patoz, démission!
Comment un représentant de l’EN peut-il à ce point compromettre sa fonction (et sa personne) avec ce baratin issu directement de la "philosophie" torturomaniaque?
La seule position digne, et du domaine de compétence d' un DASEN, aurait été de rappeler que la tauromachie espagnole, autorisée par des biais très discutables dans le Gard, est un cocktail de sévices et actes de cruauté graves sur êtres vivants, sensibles et innocents...Une pratique qui ne peut, par sa nature, en aucun cas recevoir l’aval de l’Education Nationale .
a contrario , il est du rôle d' un DASEN responsable de contribuer à élever le niveau général des citoyens de demain et donc à œuvrer pour abolir les pratiques infâmes.
Honte à ce piètre serviteur de l' Etat et de la France.
Démission!

ABDERREZZACK 06/06/2016 17:35

l'entiere satisfaction serait de ne plus voir ce genre de xhose

Joël LUNEL 06/06/2016 11:38

Par sa présence à cette réunion, ce directeur académique s’est sali et déshonoré.
Certes, la course camarguaise, comme la course landaise sont reconnues par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, mais pas par le Ministère de l’Education Nationale.
On sait très bien où les taurins veulent en venir, d’ailleurs c’est ce qu’on lit par la suite:”ce n’est qu’après qu’on doit passer à la corrida”.
Où est l’éducation au respect et à la non violence ? Quelle honte pour ce haut responsable !